Comment ré-ensauvager les jardins ?

Chaque jeudi, recevez une fiche pour : apprendre à reconnaitre une espèce, comprendre son rôle dans l'écosystème et savoir comment la favoriser. Car comprendre c'est le début de la préservation 🐞

image_author_Quentin_Laviepartout
Par Quentin Laviepartout
29 articles
9 nov. · 2 mn à lire
Partager cet article :

Ce papillon hiberne peut-être chez vous

Mais où se cache-t-il ? C'est ce que nous allons voir aujourd'hui pour tenter de lui offrir le gîte et le couvert sans le déranger.

La vie partout a besoin de vous

Bonjour c’est Quentin. Juste un petit mot avant d’entamer cette newsletter, pour vous dire que j’ai besoin de vous.

La vie partout est un média indépendant et gratuit. Le but étant de permettre à tout le monde de connaître le monde vivant, sans péage à l’entrée. Cette gratuité à un coût et il faut que je trouve des financements pour conserver cette gratuité.

Alors j’ai lancé une cagnotte sur
Kiss Kiss Bank Bank. Pour 1€ par mois (ou plus si vous le souhaitez) vous pouvez participer au financement de La vie partout. Cet argent permet notamment de financer la production du podcast (saison 3 en préparation) et des vidéos. Grâce à cette cagnotte La vie partout peut exister grâce aux personnes qui aime le projet, je trouve ça assez beau :)

Voilà pour le petit mot. Maintenant c’est parti pour la découverte d’un papillon commun et exceptionnel. Bonne lecture 🦋

Le magnifique papillon citron  © Böhringer Friedrich Le magnifique papillon citron © Böhringer Friedrich

Un papillon en hiver ?

Bon c’est vrai que parler d’un papillon, alors que l’hiver n’est pas loin, ça peut paraître étrange. Sauf le papillon dont j’aimerai vous parler dans cette newsletter : c’est le papillon citron (Gonepteryx rhamni). Et vous allez voir que ça a du sens d’en parler maintenant.

Il résiste au froid

Il faut savoir que ce papillon hiberne chez nous tout l’hiver, pour ressortir au printemps et se reproduire. C’est d’ailleurs pour ça que c’est un des premiers à voler au retour des beaux jours. En automne, il est encore possible de le voir voler et butiner les dernières fleurs pour se constituer des réserves. Car le papillon citron va passer l’hiver sous forme adulte (on dit imago). Ce qui est assez remarquable car d’habitude, la plupart des espèces de papillons passent l’hiver sous forme de chrysalide.

Le papillon citron va hiberner pendant près de 6 mois, bien caché dans une plante (on y reviendra). Pour réussir à le faire, le papillon citron va produire une sorte de liquide antigel, qui lui évitera de subir la morsure du froid.

Il peut voler pendant l’hiver
Parfois quand l’hiver se radoucit le papillon citron pourra se réchauffer et sortir de sa cachette pour aller butiner quelques rares fleurs ouvertes à cette période.

Papillon citron en train d'hiberner © Harald SüpflePapillon citron en train d'hiberner © Harald Süpfle

Préservons les haies pour aider le papillon citron

Le papillon citron va se réfugier dans les plantes qui gardent leur feuillage durant l’hiver. C’est pour ça qu’il ira par exemple dans le houx, le lierre, dans certains arbustes des bois et même dans les ronces qui ne perdent leur feuilles qu’en fin d’hiver. Il arrive aussi qu’ils trouvent refuge dans les arbres creux, dans les fissures, ou dans un grenier ou une grange.

Ses ailes sont un camouflage : quand elles sont repliées, le papillon citron ressemblent à une feuille et échappe ainsi à ses prédateurs.

À gauche un citron mâle - À droite un citron femelle À gauche un citron mâle - À droite un citron femelle

Réfléchir avant de tailler

Le papillon citron est une des nombreuses espèces à trouver refuge dans les plantes citées précédemment. Alors comme toujours il vaut mieux bien réfléchir avant de se lancer dans un gros chantier au jardin. Pour ne pas avoir à choisir, j’aime laisser des endroits en “friches” controlées. Par exemple je laisse un roncier là où e peux le contenir en passant la tondeuse autour.

Pareil pour le lierre, que je taille au fur et à mesure de la saison printanière aux les endroits où je souhaite le contenir. Sinon je le laisse pousser, cela offrira un refuge aux oiseaux pour nicher par exemple. Ensuite j’évite de la tailler à partir du mois de juillet et jusqu’au mois de mars.

Un livre pour comprendre les bonnes pratiques

Je vous conseille ce petit livre pratique pour aller plus loin. Vincent Albouy est un auteur que j’adore et qui inspire beaucoup ma démarche, alors il fallait bien que je vous en parle un jour. Cet ouvrage permettra de vous aiguiller pour ré-intégrer la biodiversité chez vous que ce soit au jardin ou sur un balcon.

On discute ?

Toutes les semaines je vous propose de me poser vos questions, de partager vos témoignages ou simplement de donner votre retour sur la newsletter. Je vous répondrai dans la newsletter de la semaine suivante 😇 Participer.

Message de Anne-Valérie :

Bonjour, J'ai un magnifique lierre dans mon jardin et je me réjouissais de voir tous ces insectes y butiner... jusqu'à ce que je découvre qu'il s'agissait de frelons asiatiques ! et pas une abeille dans le coin bien sûr. Je n'ai pas trouvé leur nid. Que me conseilleriez-vous de faire ? couper le lierre pour éviter de nourrir les frelons ?

Bonjour Anne-Valérie,

En effet c’est vrai que les frelons asiatiques sont fréquemment observés dans le lierre. Mais je ne vous conseille pas pour autant de le couper. Ces frelons iront se nourrir ailleurs si vous le faites et au final votre magnifique lierre aura été détruit pour rien.

Laissez simplement faire, car ce lierre rend probablement plein de services au vivant que nous ne pouvons pas voir. Je vous invite à continuer de l’observer et sans doute que vous verrez d’autres espèces en profiter.

À jeudi prochain ! Quentin

La saison 2 du podcast est sortie !

...