Comment ré-ensauvager les jardins ?

Chaque jeudi, recevez une fiche pour : apprendre à reconnaitre une espèce, comprendre son rôle dans l'écosystème et savoir comment la favoriser. Car comprendre c'est le début de la préservation 🐞

image_author_Quentin_Laviepartout
Par Quentin Laviepartout
29 articles
1 févr. · 3 mn à lire
Partager cet article :

Comment j’ai réussi mon compost

Le compost c’est tout un art. Alors comment faire pour le réussir à tous les coups ? C’est ce que nous allons voir aujourd’hui en allant mettre le nez dedans.

Chose promise, chose due

Dans la toute première newsletter de cette année 2024, je vous promettais de vous dire comment bien réussir votre compost. Comme j’ai été malade TOUT le mois de janvier, la newsletter hebdomadaire est passée à la trappe. Mais à présent je vais mieux. Alors avec un peu de retard, voici ce que j’ai appris pour réussir un compost.

Des déchets ? Non, un trésor © Markus SpiskeDes déchets ? Non, un trésor © Markus Spiske

C’est quoi le compost ? 

C'est un gros tas de déchets organiques et... voilà. Bon, cette définition est un peu simpliste. Alors, pour être plus précis, le compost est un processus biologique de dégradation et de transformation des déchets organiques. Cette décomposition est contrôlée (on y reviendra) de manière à obtenir une matière noire riche en humus. Ce compost a pour vocation d'être utilisé.

Comment ça marche ? 

Quand nous faisons un compost, nous reproduisons un phénomène qui se passe dans la nature. Partout autour de nous s’entasse, de la matière organique morte (feuilles mortes, branches, brindilles, déjections etc). Cette matière organique se décompose petit à petit en suivant un processus qu’on appelle l’humification. La matière organique en décomposition va se transformer en humus.

L'humus, c'est cette terre noire qui retient l'eau et les nutriments pour les plantes. Ce qui fait du compost un amendement parfait. Et ça est lié à la vie du sol.

Vers rouge typiques des tas de compost Vers rouge typiques des tas de compost

Les matières organiques se décomposent grâce à l'action des bactéries, des champignons, des micro-organismes (comme les collemboles) et des macro-organismes, tels que les vers de terre (hop le podcast sur le sujet est ici). Pendant ce processus de décomposition, le compost génère de la chaleur pouvant atteindre jusqu'à 70°C !

Pour faire du compost, il est nécessaire d'avoir de l'oxygène : le compostage doit se faire dans un environnement aérobie, c'est-à-dire en présence d'oxygène. Cela permet aux réactions de se dérouler correctement et surtout sans produire de mauvaises odeurs. Si l'environnement devient anaérobie, c'est-à-dire sans oxygène, le processus sera altéré et produira du méthane.

Compost bien mûr  © Markus SpiskeCompost bien mûr © Markus Spiske

Que mettre dans le compost ? 

Un bon compost c’est assez facile à faire. Mais il faut respecter quelques consignes pour que ça se passe bien.

Du brun et du vert = un compost équilibré 

Dans un compost il faut des matières brunes (carbonées) et des matières vertes (azotées). L’équilibre de ces deux types de matières permettent au compost de bien se décomposer.

Les matières brunes, sèches, carbonées 

Ce sont des matières qui sont brunes, sèches et dures. Ce sont celles qui sont majoritairement composées de carbone, telles que les branches, les feuilles mortes, la paille, le papier et le carton. Ces matières sont très intéressantes car elles retiennent l'eau et se décomposent plus lentement.

Les matières carbonées jouent un rôle structurant. Ce sont elles qui permettent à l'eau et à l'air de pénétrer dans tout le compost.

Les matières vertes, humides, azotées 

Ce sont des matières qui sont vertes, molles et humides. Les déchets de cuisine ou la tonte de pelouse en font partie. Ces matières seront très rapidement consommées par les micro-organismes présents dans le compost.

Déchets riches en carbone

  • bruns

  • fermes

  • grossiers

  • âgés

  • assez secs

Déchets riches en azote

  • verts

  • mous

  • fins

  • jeunes

  • humides

Petit mémo à garder : depuis quelques années, j'ai une "bible" du compost qui répond à toutes mes questions sur la décomposition. Ce livre s'appelle "Compost et paillis" de Denis Pépin chez Terre Vivante. J'ai extrait de ce livre ce tableau bien pratique.

Humide comme une éponge essorée

Pour que le compostage se déroule bien, il faut qu'il y ait de l'eau mais pas trop. Par temps sec, n'hésitez pas à arroser votre compost avec quelques arrosoirs. Vous pouvez aussi y faire pipi quand vous le pouvez. Cela l'enrichira en plus de stimuler les bactéries qui y vivent.

Il ne doit pas sentir

Un compost qui sent mauvais, c'est un compost déséquilibré. Il y a de fortes chances qu'il manque de carbone. Les matières humides azotées commencent à fermenter et à dégager du méthane, ce qui provoque de mauvaises odeurs. Ajoutez du carbone et tout devrait rentrer dans l'ordre.

Le mélange (presque) parfait Le mélange (presque) parfait  

Faut-il remuer le compost ?

Souvent on entend dire qu’il faut retourner le compost pour que la décomposition se fasse bien. C’est vrai, mais pas toujours. Mélanger le compost permet surtout qu’il se dégrade uniformément, tout en ajoutant de l’air à l’intérieur. C’est bien de le faire, mais ce n’est pas obligatoire. En ajoutant ce qu’il faut de carbone ça devrait aller. Mais n’hésitez pas à le faire de temps en temps pour vous familiariser avec le processus de décomposition.

Ma méthode de compostage

Bon, ce n'est pas vraiment "ma méthode", mais c'est celle que j'utilise. Elle m'a été enseignée par ma tante et il faut avouer que ça marche bien. Le principe est simple, je vais vous l'expliquer.

Je fais une sorte de grosse lasagne. Avec une couche de déchets azotés, puis une couche de carbone et ainsi de suite jusqu'à arriver en haut. Pour le carbone, j'utilise beaucoup de cartons, car j'en ai souvent à disposition. Il faut qu'ils soient sans encre et d'origine UE pour éviter les produits qui pourraient nuire à la vie du compost. Avec cette méthode, le compost reste aéré et je n'ai presque pas besoin de le remuer.


Maintenant à vous de jouer !

On discute ?

Toutes les semaines je vous propose de me poser vos questions, de partager vos témoignages ou simplement de donner votre retour sur la newsletter. Je vous répondrai dans la newsletter de la semaine suivante 😇 Participer.

Message de Lauren

Bonjour, Bonne année et merci pour cet article sur le compostage. Nous avons un compost dans le jardin, mais nous n'y mettons pas tous les "déchets" verts du jardin car notre compost n'est pas assez grand.

Résultats de ce que nous taillons à l’automne de notre jardin, se retrouvent à la déchèterie car nous ne savons pas comment les utiliser / quoi en faire. Est-ce qu'il existe des alternatives ? Est-ce que tu aurais des suggestions peut-être ? (Nous habitons une maison avec un petit jardin en Provence, je ne sais pas si cette information est utile 😅) Encore merci pour tout le contenu que tu proposes.

Belle journée Lauren

Bonjour Lauren, bonne année à toi aussi (même si nous sommes en février maintenant haha).

Alors pour te répondre, j'ai personnellement acheté un broyeur (pour quelques centaines d'euros) et je ne le regrette pas. J'y passe mes déchets verts pour ensuite les mettre au compost ou directement sur mes plates-bandes et un peu partout dans le jardin. C'est très utile pour la vie du sol, ça permet de "créer" de la terre là où il peut en manquer et le sol retient mieux l'eau. Par contre, attention, certaines plantes n'aiment pas ça, notamment les arbustes qui apprécient les sols secs. Mais mon jardin est grand, je ne connais pas la surface que tu as.

Il est aussi possible de les couper en petits morceaux avec un sécateur ou une machette (c'est ce que je fais avec les déchets les plus verts) pour ensuite les mettre en paillage ou en compost.

Sinon, tu peux aussi en faire des petits tas dans les haies. Les petits habitants du jardin y trouveront refuge.

J'espère t’avoir aidé :)
Bonne journée, Quentin

Le projet a besoin de vous

...